mars logo
 

Page d’accueilÀ propos de nousÉchouages et sauvetageÉditions de conservation maritimesEspèces maritimesBiologie de mammifère marineComment vous pouvez aiderLiens et ressourcesNos supportersPour nous joindre

   
       
    Phoque du Groenland

Longueur : de 1,5 à 1,9 m (5 à 6 pi)
Poids : de 85 à 180 kg (180 à 400 lb)
Taille de la population au Canada : 4,6 à 7,2 millions d’individus (population de l’Atlantique Nord-Ouest)
Taille de la population mondiale : jusqu'à 9,5 millions d’individus
Statut quant à la conservation au Canada : non inscrit sur la liste (COSEPAC/LEP)
Statut mondial quant à la conservation : faible risque, quasi menacé (UICN)

Classification
Nom scientifique : Pagophilus groenlandicus
Autres noms : phoque à selle
Ordre : pinnipèdes (mammifères marins aux pieds en forme de nageoires incluant les phoques, les otaries, les lions de mer et les morses)
Famille : Phocidés (dépourvus d’oreilles externes, contrairement aux otaries)

Identification sur le terrain

  • jusqu'à 1,9 m (environ 6 pi) de longueur et 180 kg (environ 400 lb)
  • tête large et plate, relativement petite
  • museau étroit
  • nageoires arrière courtes et étroites
  • coloration variant avec l’âge
      • les nouveau-nés ont une épaisse fourrure blanche
      • les chiots un peu plus âgés ont un court pelage argenté avec des points noirs sur les côtés et sur le dos
      • les adultes ont un pelage blanc gris pâle, la face noire et une grosse tache noire en forme de fer à cheval sur le dos et sur leurs flancs; (cette coloration faciale noire et cette tache sur le dos venant avec l’âge, de jeunes adultes peuvent ne pas avoir la face noire et n’avoir que des points noirs sur les flancs et sur le dos, là où apparaîtra progressivement la tache en fer à cheval)

Description
Le phoque du Groenland est un phoque de taille modérée, mesurant 1,6 m (environ 5 pi) de longueur et pesant 130 kg (environ 287 lb) en moyenne. harp sealMâles et femelles sont de taille et de poids assez comparables, si ce n’est que les mâles sont généralement un peu plus gros. Les individus de l’espèce ont un corps massif et robuste, une tête plate et large relativement petite, des nageoires arrière courtes et étroites et un museau étroit pouvant sembler retroussé chez les adultes. La principale caractéristique de ce phoque est son patron de coloration qui change à mesure que le phoque grandit et vieillit. Les chiots nouveau-nés ont une épaisse fourrure jaunâtre, qui au boutharp seal d’environ trois jours devient blanche, d’où leur nom de « blanchons ». Les chiots commencent à perdre leur fourrure blanche à partir de leur douzième jour, prenant alors le nom de « guenillous » vu l’apparition progressive d’un pelage beaucoup plus foncé sous les bouts restants de leur fourrure blanche. Après 18 jours environ, les jeunes phoques ont complètement perdu leur fourrure blanche, ayant désormais un court pelage argenté parsemé de petits points noirs sur le dos et sur les côtés, et prenant alors le nom de « brasseurs ». Au bout d’un an, le nom du jeune phoque devient « bête de la mer » et il commence ses mues annuelles. À mesure que passent les années et les mues, les taches noires de son pelage grossissent et forment de plus en plus clairement un motif en forme de fer à cheval sur son le dos et ses flancs. Les phoques du Groenland adultes sont de couleur grise pâle, ont une coloration faciale noire (s’étendant souvent au menton, au haut du cou et au dessus de la tête) ainsi que deux larges bandes noires, aux bords irréguliers, qui descendent chacune sur l’un et l’autre flanc et sont unies dans la région des épaules (pour former le fer à cheval). Les jeunes adultes peuvent ne pas avoir encore une face noire et peuvent avoir sur les dos et les flancs des taches noires ne formant qu’un fer à cheval incomplet.

Cycle biologique

Le phoque du Groenland effectue de longues migrations saisonnières entre ses aires d’alimentation et ses aires de reproduction. Chaque automne (vers la fin septembre), la population de l’Atlantique Nord-Ouest quitte ses harp sealaires d’alimentation estivales, situées au large des côtes ouest du Groenland et dans l’Arctique canadien, pour se rendre vers ses aires de reproduction hivernales dans les banquises du large des côtes est de Terre-Neuve et du le golfe du Saint-Laurent.

De la fin février au début mars, les femelles se rassemblent sur la banquise en gros troupeaux pour donner naissance à leurs petits. Les nouveau-nés mesurent habituellement environ 85 cm (33 po) de longueur et pèsent environ 11 kg (24 lb). Les chiots de nourrissent goulûment du riche lait maternel pendant plus ou moins deux semaines, puis sont alors abandonnés par leur mère. Au moment du sevrage, le poids des chiots a plus que triplé, atteignant maintenant environ 35 kg (77 lb). Ils resteront sur leur banquise natale jusqu’à ce qu’elle commence à fondre en avril et au début mai, moment où ils entameront leur voyage vers le Nord en direction des aires d’alimentation estivales.

Une période d’accouplement survient immédiatement après le sevrage des chiots. La maturité sexuelle des femelles est atteinte entre leur quatrième et sixième année, tandis que chez les mâles, elle survient entre leur septième et huitième année. Les accouplements se déroulent dans la promiscuité sexuelle et sans formation de paires durables, et la gestation dure approximativement 11,5 mois.

Après la période de reproduction, les individus adultes et juvéniles se rassemblent pour muer, habituellement à partir du début avril. Cette période de mue dure autour de quatre semaines, jusqu’à la fin avril ou le début mai quand la glace commence à fondre. Ensuite, les phoques repartent vers leurs aires d’alimentation estivales.

La longévité du phoque du Groenland est d’environ 30 années.

Répartition géographique
Le phoque du Groenland fréquente les eaux arctiques et subarctiques de l’Atlantique Nord, de Terre-Neuve et de l’Arctique canadien jusqu’au nord de la Russie. L'espèce se repartit en trois populations distinctes : celle qui se reproduit dans la mer Blanche au nord de l'URSS, celle de la banquise de l’ouest européen, qui se reproduit près de l'île Jan Mayen, et celle de l’Atlantique Nord-Ouest se reproduisant près de Terre-Neuve (troupeau du Front) et dans le golfe du Saint-Laurent (troupeau du Golfe). Le phoque du Groenland migre chaque année entre ces aires de reproduction hivernales et ses aires d’alimentation nordiques se trouvant à l’est du Groenland, au nord de l’Islande et au nord de la Norvège (populations de la banquise de l’ouest européen et de la mer Blanche), dans l’Arctique canadien et dans les eaux situées à l’ouest du Groenland (population de l’Atlantique Nord-Ouest). À l’occasion, des individus faisant partie de la population de l’Atlantique Nord-Ouest sont vus plus loin au sud que le golfe du Saint-Laurent, parfois aussi loin qu’en face de la Virginie (États-Unis), alors que des individus errants provenant de populations de l’est de l’Atlantique ont déjà été signalés en Écosse, en Allemagne et en France.

Régime alimentaire
Ce sont des prédateurs opportunistes qui s’alimentent principalement d’espèces pélagiques de poissons comme la morue polaire dans leurs aires d’alimentation estivales, et comme le capelan et le hareng lorsqu’ils migrent au printemps et à l’automne. On sait qu’ils consomment également des poissons de fond (p. ex. le sébaste, la morue et le flétan) et des invertébrés (p. ex., krill et crevettes).

Comportement
Grégaires et pagophiles (aimant la glace), les phoques du Groenland se rassemblent annuellement sur la banquise en grands troupeaux denses comptant des milliers d’individus afin de donner naissance à leurs petits, de s’accoupler et de muer. Ils peuvent également se nourrir et voyager ensemble en gros troupeaux pendant leurs longues migrations saisonnières. Ce sont des animaux très bavards qui émettent plusieurs cris et appels sous l’eau relatifs aux rapports entre individus d’un troupeau dans les aires de reproduction et au comportement de cour.

Taille des populations
La taille totale de la population mondiale de l’espèce pourrait atteindre le nombre élevé de 9,5 millions d’individus, la plus importante population étant celle de l’Atlantique Nord-Ouest. Les plus récentes estimations, effectuées à l’aide de décomptes aériens du nombre de bébés phoques, sont les suivantes :

  • population de l’Atlantique Nord-Ouest = de 4,6 à 7,2 millions de phoques;
  • population de la mer Blanche/de Barents = de 1,5 à 2 millions de phoques;
  • population de la banquise de l’ouest européen et de l’île Jan Mayen = environ 300 000 phoques.

Menaces
Les phoques du Groenland font l’objet d’importantes chasses commerciales pour leur huile et leur fourrure au Canada, au Groenland, en Norvège et en Russie. La chasse canadienne au phoque du Groenland a lieu chaque année dans les aires de reproduction se trouvant au large de Terre-Neuve et dans le golfe du Saint-Laurent. Le nombre total de phoques tués parmi la population de l’Atlantique Nord-Ouest (tant par le biais de la chasse au Canada et au Groenland que des prises accidentelles par des pêcheurs) atteignait en moyenne 468 000 individus par année entre 1996 et 2004.

En raison de leur nombre élevé, les phoques du Groenland ne sont pas considérés comme étant en voie de disparition ou menacés au Canada, et ne figurent pas parmi les espèces à surveiller et protéger selon le COSEPAC ou en vertu de la LEP. À l’échelle internationale, sur le plan de la conservation, l’espèce est classée comme courant un faible risque et comme étant quasi menacée.

References

DFO (2005) Stock assessment of Northwest Atlantic harp seals (Pagophilus groenlandicus). DFO Canadian Science Advisory Secretariat Science Advisory Report. 2005/07.

DFO (2006) The harp seal. Retrieved February 27, 2007 from Underwater World. Website: http://www.dfo-mpo.gc.ca/zone/underwater_sous-marin/hseal/seal-phoque_e.htm.

Pagophilus groenlandicus, Harp Seal. Retrieved February 27, 2007 from MarineBio.org. Website: http://marinebio.org/species.asp?id=302.

Reeves, R.R., Stewart, B.S., Clapham, P.J. & Powell, J.A. (2002) National Audubon Society guide to marine mammals of the world. Alfred A. Knopf, Inc. New York, NY.

Seal Specialist Group (1996). Pagophilus groenlandicus. Retrieved February 27, 2007 from 2006 IUCN Red List of Threatened Species. Website: http://www.iucnredlist.org/search/details.php/41671/summ.

Photographs: Dr. J. Terhune